Malgré la politique protectionniste de l’administration américaine et la faible visibilité de la conjoncture au niveau global, les investisseurs sont revenus à l’achat sur des groupes industriels en adaptation constante pour répondre à l’évolution de la demande mondiale.

Une fois n’est pas coutume mais la semaine qui s’achève a vu l’action ArcelorMittal terminer en tête du palmarès hebdomadaire du Cac 40. Le titre du groupe sidérurgique a progressé de 8,1% sur les cinq séances. Une hausse du cours qui intervient toutefois dans un contexte difficile. L’action ArcelorMittal décroche encore de 20% depuis le début de l’année et de 50% sur un an. Sur trois ans, elle gagne 12%. Cette valeur industrielle mal aimée des investisseurs a été soutenue par le relèvement de la recommandation de Goldman Sachs de « neutre » à « achat ». Oddo avait déjà confirmé son opinion à l’achat sur la valeur après la décision de la direction de réduire la voilure et adapter ainsi son niveau de production à la baisse de la demande d’acier. D’autant que le marché européen souffre de la hausse des importations, notamment en provenance de Chine, pays qui produit désormais plus de la moitié de l’acier mondial. Toutefois, la Commission européenne a instauré en février des mesures de protection (quotas d’importation d’acier) en réponse aux droits de douane instaurés par Donald Trump qui devraient soutenir l’activité du groupe. En outre, certains analystes estiment que le marché de l’acier laminé pourrait avoir atteint un point bas. Ainsi, la décision de baisse de la production ne pourrait être que temporaire selon ArcelorMittal si les conditions de marché s’amélioraient à nouveau.

Deuxième du palmarès hebdomadaire du Cac 40, Michelin s’est adjugé 5,6% sur la semaine écoulée. Contrairement à ArcelorMittal, le groupe de pneumatiques affiche un bilan boursier très positif depuis début janvier (+27%), stable sur un an et en hausse de 26% sur trois ans. L’équipementier vient d’être classé troisième marque française la plus « puissante » du monde (derrière L’Oréal et Free) selon le classement divulgué jeudi 14 juin par le cabinet Brand Finance. Ce classement combine plusieurs critères liés à l’investissement marketing, l’image de la marque et l’impact sur sa performance financière. Au premier trimestre, le groupe de Clermont-Ferrand a confirmé dans un marché difficile ses objectifs annuels et publié un chiffre d’affaires en hausse de 11,3% (acquisitions du britannique Fenner et du canadien Camso en 2018) mais Michelin arrive à compenser la baisse des volumes par une montée en gamme et des hausses de prix. Toujours en pointe en matière d’innovation, le groupe de Clermont-Ferrand vient de conclure un partenariat avec General Motors pour développer une nouvelle génération de pneus sans air comprimé.

L’action Saint Gobain offre une décote historiquement élevée

Saint Gobain a également profité d’un regain d’intérêt de la part des investisseurs en progressant de 3,3% au cours de la semaine passée. L’action du groupe industriel spécialisé dans les matériaux de construction gagne 14% depuis le début de l’année, perd 20% sur an et 9% sur trois ans. Oddo BHF vient de confirmer sa recommandation à l’achat en soulignant que la valeur présenterait « une décote de plus de 40% par rapport aux comparables côtés, un niveau historiquement élevé ». Evoluant sur des marchés relativement dynamiques, le groupe, dont le portefeuille d’activités évolue sans cesse (cession récente de son activité de distribution en Allemagne, acquisition du britannique Pritex spécialisé dans les solutions acoustiques), a réalisé une croissance interne de 5,7% au T1, portée à la fois par les prix et les volumes.

Enfin, l’action Schneider Electric a progressé de 2,6% sur la semaine écoulée. La valeur s’envole de 26% depuis le début de l’année, cède 1% sur un an mais s’adjuge 42% sur trois ans. Le spécialiste des équipements électriques basse et moyenne tension vient de finaliser, fin mai, la vente de son activité Pelco à Transom Capital Group, une société américaine de capital-investissement. Après un T1 soutenu (ventes en hausse de 5,9% à données comparables), Schneider Electric se fixe un objectif d’une croissance organique comprise entre 3 et 5%.

Source : Fargo le 17/06/2019

Warrants sur actions :

Sous-jacentTypePrix d'exerciceEchéanceCours*ParitéDeltaMnémoIsin
PEUGEOTCall18 €19/06/2020
0.44 €4/162.00 %4346SLU2052740144
PEUGEOTPut19 €
19/06/2020
0.38 €4/1-50.00 %
R594SLU2052648842
RENAULTCall35 €19/06/2020
0.42 €5/146.00 %9981SLU2037134363
RENAULTPut36 €19/06/2020
0.84 €5/1-60.00 %U894SLU2052884900
TESLACall800 $
19/06/2020
6.02€20/158.00 %Q161SLU2052641326
TESLAPut800 $
19/06/2020
5.98 €20/1-42.00 %E526SLU2052729410

 

Cliquez ici pour retrouver notre gamme de Warrants