L’année se termine en fanfare pour le CAC 40, qui est revenu à 6.000 points, son plus haut niveau depuis 2007. Les investisseurs bénéficient d’un rallye de Noël qui avait fait défaut en 2018.

Les marchés boursiers se dirigent vers une année record. À quelques jours de la clôture annuelle, le CAC 40 progresse de 27% depuis le début de l’année. Sur la même période, le Dow Jones gagne 21%, le S&P 500 progresse de 28% et le Nasdaq Composite bondit de 34%. Malgré les tracas commerciaux, les incertitudes relatives au Brexit, ou encore la confirmation d’un tassement de la croissance mondiale, les marchés boursiers ont donc connu une année faste marquée par un retour de la confiance après une année 2018 difficile.

Le bras de fer commercial sino-américaine se poursuivra en 2020, mais sur une note qui s’annonce désormais plutôt constructive. Le secrétaire au Trésor américain, Steven Mnuchin, a affirmé jeudi 19 décembre que l’accord partiel conclu avec Pékin en décembre serait signé début janvier. La nouvelle survient par ailleurs dans un contexte de confiance vis-à-vis de l’économie américaine, qui a confirmé vendredi sa croissance de 2,1% en rythme annuel à la fin du 3ème trimestre.

En Europe, l’année se termine sur des perspectives 2020 plus contrastées. Lundi, la Banque de France a abaissé ses prévisions de croissance pour l’an prochain dans l’Hexagone (1,1% contre 1,3% précédemment). L’économie allemande continue également d’envoyer quelques signaux de faiblesse, notamment dans le secteur industriel. Lundi, l’indice PMI manufacturier allemand de décembre est redescendu à 43,4 points, un niveau toujours très bas signalant un sentiment de contraction d’activité dans ce secteur.

Ces nouvelles n’ont pas empêché les marchés de s’engager dans un rallye de Noël, favorisé par l’apaisement tes tensions commerciales et un premier vote des députés britanniques favorable au projet de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Sur l’ensemble de la semaine, le CAC 40 à gagné 1,73% à 6.021 points et l’Eurostoxx 50 s’est adjugé 1,22% à 3.776 points. Outre-Atlantique, le Dow Jones a quant à lui progressé de 1,14% à 28.455 points.

Rallye de Noël pour les valeurs technologiques

Le rallye de Noël a surtout profité aux valeurs technologiques. Thales (+7,79%), Capgemini (+5,96%), Airbus (+4,75%) et Dassault Systèmes (+3,78%) ont ainsi terminé aux premières places du CAC 40. L’action Thales, qui perd toujours 8% depuis le début de l’année, a bénéficié d’un rebond après l’annonce de plusieurs grands contrats en Australie, en Égypte et en Espagne. Airbus a pour sa part bénéficié des déboires de Boeing (-4,00%), qui s’est résigné à geler la production du 737 MAX dans l’attente d’une autorisation de remise en service de ce modèle interdit de vol depuis mars 2019. Plus globalement, le secteur technologique a bénéficié de l’apaisement des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine.

Les valeurs bancaires ont également profité du mouvement, en particulier Société Générale (+3,63%) et BNP Paribas (+2,90%). En Allemagne, Deutsche Bank a rebondi de 5,13% et progresse désormais de 1,42% depuis le début de l’année, effaçant son plongeon du printemps et de l’été.

Le secteur des équipementiers automobiles est en revanche resté sous pression. Michelin s’est replié de 0,54%. Hors CAC 40, Faurecia a reculé de 2,96% et Valeo de 6,10%. L’action Valeo est restée pénalisée par l’abaissement des objectifs du groupe à l’horizon 2022, annoncé le 10 décembre.

Les valeurs défensives sont également restées en retrait du rallye boursier, à l’instar d’EssilorLuxotica (-2,20%) et Pernod Ricard (-0,40%). Orange (+0,15%) a pour sa part peu réagi à l’annonce de la condamnation de l’ex-France Telecom pour harcèlement moral de ses salariés entre 2006 et 2011 et aux peines de prison ferme décidées à l’encontre de trois anciens dirigeants du groupe.

 

Source : Fargo, rédigé le 23/12/2019