Les marchés actions européens ont enregistré un léger repli au cours de la semaine passée, tandis que les marchés américains ont poursuivi leur hausse, portés par le discours accommodant de Jerome Powell.

Des deux côtés de l’Atlantique, l’attention des investisseurs s’est focalisée en fin de semaine dernière sur la saison des résultats trimestriels qui s’apprête à démarrer. Or, les attentes sont particulièrement mitigées après avoir été régulièrement révisées à la baisse au cours des dernières semaines. Selon les données I/B/E/S de Refinitiv, les analystes s’attendent à un recul des bénéfices des entreprises américaines du S&P 500 (-0,4%) et à une modeste hausse pour les entreprises européennes du STOXX 600 (+0,8%).  La crainte d’une dégradation des résultats plus forte que prévu est apparue suite à l’avertissement lancé mardi par l’Allemand BASF, qui a prévenu s’attendre à une contraction de 4% de son chiffre d’affaires au T2 et à une forte chute de son résultat d’exploitation.

Pour autant, les investisseurs ont été rassurés par le discours de Jerome Powell, qui s’est exprimé en milieu de semaine devant la Chambre des Représentants. Le président de la Fed a réaffirmé qu’il saurait prendre les mesures nécessaires pour soutenir l’économie américaine dans un contexte « d’incertitudes liées aux tensions commerciales » et de « craintes sur la solidité de l’économie mondiale ». Ces propos ont suffi à entériner dans l’esprit des investisseurs l’idée d’une baisse des taux directeurs de 25 points de base le 31 juillet prochain. Une majorité d’entre eux (54,3%) penche de nouveau pour au moins 3 baisses des taux de la Fed cette année.

Malgré cela, les taux ont enregistré une légère remontée en Europe. Le Bund allemand à 10 ans est revenu à -0,25%, soit 15 points de base au-dessus de son plus bas de la semaine précédente et le 10 ans français est repassé en territoire positif (0,06%).

Sur l’ensemble de la semaine, le CAC 40 a perdu 0,37% à 5.572 points et l’Eurostoxx 50 a reculé de 0,88% à 3.497 points. A noter une sous-performance significative du Dax 30 allemand (-1,96%). Aux Etats-Unis, le Dow Jones a pour sa part gagné 1,52% à 27.332 points.

Mauvaise semaine pour les grandes valeurs allemandes

Du côté des valeurs, Accor (+4,01%) a terminé parmi les plus fortes hausses du CAC 40 en bénéficiant d’un mouvement de consolidation sectorielle. Le Britannique Thomas Cook (-58,87%), en difficultés financières, a annoncé une augmentation de capital accompagnée d’une cession de ses principales activités au Chinois Fosun Tourism Group, déjà propriétaire de Club Med.

TechnipFMC (+2,35%) a profité de la hausse des cours du brut. Le Brent étant revenu à 66-67 dollars/baril, porté par une tempête tropicale sur les champs pétrolifères du Golfe du Mexique et par de nouvelles tensions avec l’Iran, accusé d’avoir tenté de bloquer un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz.

Le secteur de l’automobile et des équipementiers est resté sous pression, avec une baisse notable de Renault (-4,87%) et de Valeo (-6,95%), bien que cette seconde valeur soit désormais hors CAC 40. En Allemagne, Daimler (-6,13%) a lancé vendredi son quatrième avertissement sur résultats en un an, et la perspective d’un renforcement de l’alliance entre Ford et Volkswagen n’a pas suffi à soutenir le secteur. L’avertissement de Daimler fait écho à celui de BASF (-3,74%) dans l’industrie chimique.

Le secteur bancaire a pour sa part été balloté en début de semaine par le chaud et froid qui a soufflé sur Deutsche Bank (-6,06%). Plébiscité lundi matin après l’annonce de son vaste plan de restructuration, le titre a connu un retournement de tendance sur fond de crise de confiance. L’ensemble du secteur bancaire européen a été impacté avant de retrouver des couleurs en fin de semaine. Société Générale a perdu 0,35%, Crédit Agricole 1,21% et BNP Paribas 2,03%.

Les valeurs les plus défensives, non-cycliques et considérées comme des « bond proxies », ont quant à elles été boudées à cause du contexte de remontée des taux. Orange (-4,01%), Sodexo (-2,88%) et Pernod Ricard (-2,60%) s’inscrivent parmi les plus fortes baisses hebdomadaires.

Source : Fargo le 15/07/2019

 

Turbos Infinis Best sur Actions :

Sous-jacentTypeBarrière DésactivanteÉchéanceCours*LevierMnémoIsin
AIRBUSCall116.56 €Ouverte2.86 €x9.05E736SLU2013188235
AIRBUSPut142.50 €Ouverte2.70 €x9.56D279SLU2013106526
ORANGECall11.69 €Ouverte0.92 €x7.30P098SLU1946163174
ORANGEPut15.24 €Ouverte1.00 €x6.60Z496SLU1946108666
RENAULTCall30.08 €Ouverte0.42 €x84601SLU2052611253
RENAULTPut39.86 €Ouverte0.64 €x5.254602SLU2052611501
Source: Société Générale

Cliquez ici pour retrouver notre gamme de Turbos Infinis Best