Les récentes tensions commerciales et quelques statistiques mitigées aux Etats-Unis ont suffi à convaincre les investisseurs d’une baisse imminente des taux de la Fed. Le sujet n’a cessé d’alimenter les débats au cours de la semaine passée, en amont de la réunion de la Fed du 19 juin.

La semaine dernière, le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine a été occulté par une question devenue centrale : la baisse des taux directeurs de la Réserve fédérale, jugée imminente. Selon le baromètre CME FedWatch, seuls 17% des investisseurs interrogés s’attendent à une baisse dès la réunion de ce mercredi 19 juin, mais cette proportion augmente à 83% pour la réunion du 31 juillet. Pire : d’ici la fin de l’année, les investisseurs sont désormais 53% à attendre au moins 3 baisses de taux de la Fed et 17% à attendre 4 ou 5 baisses, correspondant à un scénario de crise pourtant très improbable où la Fed devrait abaisser ses taux à chaque réunion d’ici la fin de l’année.

L’éventualité d’une baisse des taux a été récemment renforcée par la publication d’indicateurs jugés décevants sur l’économie américaine. Les chiffres de l’emploi du mois de mai (75.000 créations de postes dans le secteur non-agricole au lieu de 200.000 habituellement) sont considérés comme le principal signal négatif. A ceci se sont ajoutés certains indicateurs suggérant un tassement de l’inflation (1,8% en mai contre 1,9% en avril) et une légère hausse des inscriptions hebdomadaires au chômage.

Ces statistiques ne montrent pourtant rien d’anormal à ce stade : les chiffres mensuels de l’emploi américain sont connus pour être volatils d’un mois sur l’autre et l’inflation reste supérieure à son niveau de février (1,6%) et de mars (1,5%). Le taux de chômage, stable à 3,6% de la population active, reste au plus bas depuis 1969 et les indices boursiers américains sont de nouveau proches de leurs plus hauts historiques. Une baisse des taux directeurs dans ces conditions semble donc largement prématurée, mais les investisseurs se fondent sur les récents propos « accommodants » de Jerome Powell et d’autres membres de la Fed pour asseoir leur conviction.

Ces anticipations ont continué à soutenir les marchés actions tout en pesant sur les rendements obligataires. Aux Etats-Unis, les taux des Treasuries sont revenus en fin de semaine à leurs points bas de la semaine précédente. En Europe, le Bund à 10 ans a enregistré un nouveau record historique en approchant des -0,27%. Sur l’ensemble de la semaine, le CAC 40 a gagné 0,07% à 5.367 points et l’Eurostoxx 50 a progressé de 0,03% à 3.379 points. Aux Etats-Unis, le Dow Jones a quant à lui gagné 0,41% à 26.089 points.

Les valeurs cycliques reprennent des forces

La semaine a été marquée par un rebond des valeurs cycliques et technologiques. En France, ArcelorMittal (+8,07%) a terminé à la première place du CAC 40, rattrapant une partie de sa chute du mois de mai. L’automobile s’est également bien comportée avec la forte hausse de Michelin (+5,62%) et Renault (+3,82%). Du côté des valeurs technologiques, Worldline (+3,65%) a poursuivi son parcours haussier des dernières semaines, toujours sur fond de rumeurs de rachat par SIA.

Les valeurs du pétrole ont suivi des directions variables dans un contexte de volatilité des prix du brut, alimentée jeudi par l’attaque non revendiquée de deux navires pétroliers en mer d’Oman. Malgré la brève hausse des prix du pétrole provoquée par cet incident, le Brent a terminé la semaine en légère baisse à 61 dollars/baril. TechnipFMC a gagné +2,19% tandis que Total a perdu 1,14%.

Le secteur du luxe a également cherché sa direction dans un contexte tiraillé entre tensions commerciales et assouplissement monétaire. LVMH a perdu 0,85% mais Hermès a gagné 0,13% et Kering 1,43%.

Les valeurs défensives, recherchées au cours des dernières semaines, ont cette fois été boudées par les investisseurs avec les baisses notables de Sanofi (-2,99%), Engie (-1,97%), Pernod Ricard (-1,47%) ou encore EssilorLuxottica (-0,56%).

.

Source : Fargo le 17/06/2019

 

Turbos Infinis Best sur Actions :

Sous-jacentTypeBarrière DésactivanteÉchéanceCours*LevierMnémoIsin
AIRBUSCall116.56 €Ouverte2.86 €x9.05E736SLU2013188235
AIRBUSPut142.50 €Ouverte2.70 €x9.56D279SLU2013106526
ORANGECall11.69 €Ouverte0.92 €x7.30P098SLU1946163174
ORANGEPut15.24 €Ouverte1.00 €x6.60Z496SLU1946108666
RENAULTCall30.08 €Ouverte0.42 €x84601SLU2052611253
RENAULTPut39.86 €Ouverte0.64 €x5.254602SLU2052611501
Source: Société Générale

Cliquez ici pour retrouver notre gamme de Turbos Infinis Best