Les prix du blé ont atteint la semaine dernière leur plus haut niveau depuis plus de cinq ans. Au Chicago Board of Trade, les contrats futures s’échangeaient vendredi à 6,192 dollars le boisseau, en hausse de 4,2% sur une semaine. Depuis le mois d’août, ils ont grimpé de 24%. Cette flambée des prix s’explique par l’extrême sécheresse dans le Midwest américain, la mise en place en Russie de quotas à l’export et les conséquences de la pandémie de Covid-19, qui a stimulé la demande en denrées alimentaires et provoqué des ruptures dans la chaîne d’approvisionnement.

Source : AOF, rédigé le 19/10/2020

Les prix du pétrole sont fortement orientés à la baisse en fin d’après-midi, dans le sillage des bourses mondiales. Le Brent et le WTI perdent en effet 3,11% et 3,45% respectivement à 42,09 et 39,72 dollars le baril. En outre, les Etats-Unis ont annoncé aujourd’hui que leurs stocks de brut avaient chuté de 3,82 millions de barils au cours de la semaine du 9 octobre 2020 (après 0,5 millions la semaine précédente), soit bien plus que les attentes du marché d’un recul de 2,835 millions. Les données de l’EIA font également état d’un recul des stocks d’essence d’1,626 millions de barils.

Source : AOF, rédigé le 16/10/2020