Les marchés européens et américains ont connu un net recul au cours de la semaine dernière, pénalisés par une Fed moins accommodante qu’espéré et l’annonce d’une mise en application des menaces de Donald Trump à l’encontre du commerce avec la Chine.

Comme attendu par les investisseurs, la Fed a abaissé mercredi son taux directeur de 25 points de base, ramenant celui-ci dans une fourchette comprise entre 2% et 2,25%. Jerome Powell a néanmoins précisé en conférence de presse que cette décision n’était pas le prélude d’un nouveau cycle de baisse des taux, provoquant la déception des investisseurs qui s’attendaient à des propos plus conciliants.

Donald Trump, qui a évoqué mercredi sur Twitter sa déception que la Fed n’ait pas baissé davantage ses taux, n’a pas attendu longtemps pour passer à l’offensive. Le président américain a annoncé jeudi soir l’introduction, à compter du 1er septembre, de droits de douane de 10% sur les 300 milliards de dollars d’importations chinoises qui n’étaient pas encore taxées. Par extension, les investisseurs ont anticipé le risque d’une reprise de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’Europe. Les marchés européens ont connu un net repli lors de la séance de vendredi.

Par ailleurs, les investisseurs ont immédiatement réintégré l’idée que la Fed devrait agir rapidement pour contrer le risque de ralentissement de l’économie américaine. Selon le baromètre CME FedWatch, une large majorité d’investisseurs (81%) s’attend désormais à une prochaine baisse des taux de 25 points de base dès la prochaine réunion de septembre, et 67% s’attendent à une baisse supplémentaire lors de la réunion d’octobre. Sur les marchés obligataires, les taux souverains ont poursuivi leur chute, le 10 ans allemand atteignant brièvement -0,49% et le 10 ans français -0,23%.

Sur l’ensemble de la semaine, le CAC 40 a perdu 4,48% à 5.359 points et l’Eurostoxx 50 s’est contracté de 4,16% à 3.377 points. Aux Etats-Unis, le Dow Jones a pour sa part reculé de 2,71% à 26.485 points.

De bons trimestriels noyés par la tendance du marché

Dans ce contexte perturbé, peu de valeurs ont échappé à la tempête boursière à l’exception d’EssilorLuxottica (+3,40%), qui s’est distingué en annonçant une hausse de 7,3% de son chiffre d’affaires semestriel et de 6,8% de son résultat net ajusté. Le groupe a aussi annoncé son projet d’acquisition du néerlandais GrandVision pour 7,1 milliards d’euros. Cette acquisition, qui devrait être réalisée dans les 12 à 24 prochains mois, permettrait au groupe de renforcer ses activités en Europe où il possédera une part de marché de 20% dans l’optique contre 15% actuellement.

La semaine a été marquée par les publications trimestrielles des grandes banques françaises. BNP Paribas (-4,17%) a ouvert le bal en annonçant une hausse de 0,2% de son produit net bancaire au T2 2019 et une progression de 3,1% de son bénéfice net face au T2 2018. Société Générale (-2,86%) a annoncé une baisse de 2,6% de son PNB et de 13,9% de son bénéfice net, mais a renforcé ses fonds propres avec un ratio de fonds propres CET1 à 12% contre 10,9% fin 2018. Crédit Agricole (-6,00%) a pour sa part annoncé une baisse de 0,4% de son PNB et un recul de 14,9% de son résultat net. Malgré des résultats globalement supérieurs aux attentes, les trois valeurs ont été emportées par la tendance.

Veolia (-3,13%) a pour sa part confirmé sa croissance avec une progression de 5,8% de son chiffre d’affaires au deuxième trimestre et une hausse de 7,5% de son résultat net à 352 millions d’euros. Le groupe prévoit également de mettre l’accent sur sa politique d’acquisitions, ce qui devrait lui permettre d’accélérer sa croissance au cours des années à venir.

Les valeurs pétrolières ont quant à elles terminé en net repli dans le sillage des cours du pétrole. Le Brent a connu un net recul en fin de semaine, revenant à 61 dollars/baril. Total a perdu 6,87% et TechnipFMC 8,74%.

ArcelorMittal (-12,04%) a fermé la marche de l’indice parisien, le groupe étant fortement pénalisé après avoir annoncé une perte nette de 30 millions d’euros au premier semestre 2019, symbolique des difficultés traversées par le secteur sidérurgique.

Source : Fargo le 05/08/2019

 

Turbos Infinis Best sur Actions :

Sous-jacentTypeBarrière DésactivanteÉchéanceCours*LevierMnémoIsin
VEOLIACall17.5 €Ouverte0.90 €x4.868711SLU1909893999
VEOLIAPut28.94 €Ouverte1.54 €x2.833047SLU1988673494
TOTALCall36.64 €Ouverte2.02 €x5.58496SLU1877459930
TOTALPut54.47 €Ouverte2.70 €x4.098682SLU1909892595
TECHNIPFMCCall18.15 €Ouverte0.92 €x4.936129SLU1896468011
TECHNIPFMCPut27.88 €Ouverte1.18 €x3.84V360SLU1968861929
Source: Société Générale

Cliquez ici pour retrouver notre gamme de Turbos Infinis Best